Une enfance volée: l’Affaire Finaly

Meilleure audience et taux de satisfaction pour un unitaire France 2 en 2008

slide
slide
slide
slide
Prev
Next

L’histoire vraie des enfants Finaly : la lutte acharnée, en France au lendemain de la seconde guerre mondiale, d’une famille juive aux prises avec les institutions catholiques.Pendant la seconde Guerre Mondiale, deux enfants juifs, Robert et Gérald Finaly, sont cachés dans un orphelinat français puis confiés à Antoinette Brun, résistante. Leurs parents sont déportés et meurent dans un camp de concentration. A la fin de la guerre, leur tante en Israël réclame les orphelins respectant par là la dernière volonté de leur père. Mais Antoinette Brun refuse de les rendre, les fait baptiser et les élève dans la religion catholique. Le baptême étant un sacrement inaliénable elle s’en remet ensuite à l’Eglise pour la soutenir. L’histoire est rapidement médiatisée et divise tant la société civile que le clergé. L’Eglise, après avoir caché les enfants en France plusieurs années, les envoie clandestinement en Espagne pour échapper à la justice française qui finira par donner raison à la famille Finaly. Sous la pression de l’opinion publique, l’Eglise rend les enfants à leur tante en 1953. Antoinette BRUN n’admettra jamais sa culpabilité. Aujourd’hui Robert et Gérald ont 64 et 63 ans et vivent tous deux en Israël.

Réalisation : Fabrice GENESTAL

Scénario : Philippe BERNARD

Conseillère historique : Catherine POUJOL

Musique originale : Régis CAMPO

Image : Claude GARNIER

Montage : Catherine SCHWARTZ

Costumes : Fabio PERRONE

Avec :

Charlotte de TURCKHEIM
Pierre CASSIGNARD
Elisabeth MACOCCO
Jean-Marie WINLING
Adrien PIOTIN
Dorian JULIA

Une production LIZLAND FILMSRose et le Soldat le Film

Avec la participation :

De France Télévisions

De TV5 Monde, de RTL-TVI et Be-Films

En partenariat avec :

Le Centre National de la Cinématographie

La Procirep-Société des Producteurs

L’ANGOA

Avec le soutien :

De la Région Rhône-Alpes

Vente internationales :

AB International Distribution

Ce film existe grâce à l’aimable complicité de Robert et Gérald Finaly